Communiqués et réactions de la communauté

15/07 : Un communiqué de la Coordination nationale des Universités s’indigne de la continuation de la casse des services publics et des tentatives d’intimidation du gouvernement. Ce texte appelle à une reprise du mouvement à la rentrée. Sera-t-il entendu?…

10/07 : Le blog de S. Huet cite un intéressant texte faisant le point sur la situation du CNRS, par G. Boëtsch (président du CS du CNRS), R. Mosseri (président du CS du département MPPU) et P. Walter (président de la Conférence des présidents de section du CoNRS).

24/06 : Un bel exemple de l’autonomie expliquée par le Ministère. Lire dans cet article de SLU comment l’Institut Français d’Urbanisme a été transplanté au mépris des instances élues de Paris 8 vers Marne-la-Vallée.

29/05: Communiqué de l’intersyndicale, SLR et SLU:

Rétention des rapports quadiennaux.

Les laboratoires de la vague A doivent en ce moment constituer leurs rapports quadriennaux en vue d’une recontractualisation. Depuis deux ans l’évaluation des unités est confiée à l’AERES, qui prône la démarche ’qualité’ souvent critiquée , même dans le cadre du management d’entreprise dont elle est issue. Nous nous élevons contre une évaluation menée par un groupe de scientifiques nommés et nous demandons que le principe fondamental d’indépendance de l’instance d’évaluation soit respecté. Nous estimons qu’une évaluation effectuée par les pairs en majorité élus et réalisée au niveau national ou international garantit cette indépendance.

De plus, une véritable évaluation des acteurs de la recherche ne peut se passer de

- la collégialité passant par la représentation des différentes catégories de personnels (collège C expert dans les évaluations) et le débat contradictoire mettant en avant des critères qualitatifs (et non bibliométriques),

- la simultanéité de l’évaluation des personnels et des unités,
- la réflexion prospective,
- l’appréciation qualitative en mesure d’aider les acteurs dans leur organisation et leurs projets de recherche,
- la transparence de la procédure.

C’est pour ces raisons que nous encourageons les laboratoires à refuser collectivement l’envoi de leur rapport quadriennal à l’AERES, et à demander d’être évalué par les sections du Comité National dont ils relèvent.

Chaque directeur d’unité concerné a reçu une lettre signée par l’intersyndicale, SLR et SLU.

Plus d’informations: cliquez sur ce lien.

28/05 : Darcos s’assoit sur la commission Marois-Filâtre. Leur lettre de mission du 21 avril stipulait que cette commission devait discuter les modalités de la réforme dite de mastérisation et soumettre des propositions le 15 juillet. Ces travaux ne serviront à rien puisque les décrets sont déjà rédigés et figurent à l’ordre du jour du comité technique paritaire du ministère à la date du 27 mai. Lire la réaction consternée de la CPU.

Dans la même journée, la CDUS (Conférence des directeurs d’UFR scientifiques) demande le  retrait des projets de décret [sur la masterisation] tant que les  groupes de travail et la commission de concertation [Marois-Filâtre]  n’auront pas rendu toutes leurs propositions. « Faute de quoi elle  s’interrogera sur le bien-fondé de sa participation à cette  commission ».

26/05 : Valérie Pécresse aurait déclaré aujourd’hui au Collège de France le maintien de l’ensemble des postes pour les EPST en 2010 et 2011, comme pour les Universités.

26/05 : Compte-rendu du CA du CNRS tenu le 25/05. Le contrat d’objectif et de moyen (COM) fixé proposé par le gouvernement au CNRS fixe certes des objectifs, mais ne promet aucun moyen… La direction ne semble pas prévoir de voter “en force” le COM lors du prochain CA du CNRS délocalisé à Genève (et non pas à Varennes comme on aurait pu le croire).

12/05 : Communiqué du C3N invitant les membres du Comité national  de la recherche scientifique à une session extraordinaire le 10 juin 2009

17/04 : Courrier de Valérie Pécresse aux présidents d’université.

10/04 : Autonome sup, seul syndicat ayant voté en faveur du nouveau décret des E-C au CTP du 24/03, demande la révision de la LRU. Le texte est dispo sur le blog de Libé (faute d’avoir été refusé par… Le monde): http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2009/04/autonome-sup-de.html

10/04 : Communiqué de la Coordination Nationale des Universités, « Oui Madame Pécresse, il est temps de vous inquiéter ! »

En réponse aux attaques de Pécresse accusant le mouvement de pénaliser les étudiants en perturbant le déroulement des examens, les porte-parole de la CNU renvoient la ministre à ses contradictions. Lire le texte intégral ici.

08/04 : Communiqué des porte-parole de la coordination des université «Monsieur le Président, nous n’avons pas les mêmes valeurs».

La CNU oppose aux valeurs mercantiles et orientées vers une rentabilité à court terme défendues par le gouvernement une vision axée sur le droit à la connaissance pour tous et l’importance d’une recherche fondamentale forte et dégagée d’un pilotage politique rigide. Texte intégral ici.

31/03: Communiqué des DU: Après avoir reçu trois directeurs d’unité à l’origine du mouvement des DU du 14 mars, Valérie Pécresse cède sur les trois points préalables à toute discussion de leur déclaration du 14 mars, à savoir:

la restitution de 130 postes aux organismes de recherche, postes qui étaient décomptés comme chaire d’excellence (Le point critique « une chaire = un poste » (et non deux) a été clairement acté par la ministre),

la réaffirmation du rôle d’opérateur scientifique des organismes avec engagement d’intervenir auprès du Premier ministre pour obtenir une intervention claire en ce sens.

et l’ouverture de discussions avec la communauté scientifique sur un plan pluriannuel d’emplois à trois ans avec prospective à 10 ans prenant en compte l’ensemble des aspects (notamment départs à la retraite, ITA, chercheurs et enseignants-chercheurs, précaires…).

Les 10 points fondamentaux du communiqué du 14 mars n’ont pas été abordés faute de temps. Les trois DU appellent les directeurs d’unité à suspendre les activités de grève administrative dès qu’ils auront obtenu confirmation écrite des engagements du ministère. Avant de conclure:

Il va de soi que si de tels engagements ne se traduisaient pas concrètement […], une reprise de l’action s’imposerait en n’excluant aucune option.

Pou télécharger l’intégralité du communiqué, cliquer ici.

30/03: SLR  accepte l’invitation des syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche à rencontrer la ministre afin d’entendre les réponses de la ministre à un certain nombre de questions précises établies auparavant avec l’intersyndicale, refusant de prendre part aux discussions qui ont suivies (ici vous trouverez le communiqué SLR précédant la réunion, celui de l’intersyndicale). En sortant de cette entrevue, SLR ainsi que les organisations syndicales constatent avec stupeur et colère un immobilisme auto-satisfait sur l’ensemble des revendications.

27/03: En réponse à l’appel à la reprise des cours lancé par la CPU lors de son colloque annuel à Brest, 4 présidents d’université (auteurs de l’appel de la Sorbonne du 19/02) montrent que la colère du milieu universitaire reste forte, large et que la CPU dans sa composition actuelle n’en represente qu’une partie. À lire: Tonnerre de Brest!

26/03:

  • De la Sorbonne: Après que l’appel de la Sorbonne du 9/02 soit resté lettre morte, les enseignants-chercheurs des universités de la Sorbonne réunis en assemblée ne demandent pas l’impossible, mais simplement l’établissement des conditions minimales d’un dialogue démocratique sur l’avenir des universités françaises.  À lire: le Rappel de la Sorbonne.
  • Du siège du CNRS: Plus d’une centaine de personnes (personnels CNRS, universitaires et étudiants confondus) ont occupé hier le siège du CNRS à Paris pour empêcher le CA de se tenir. La réunion du CA ayant eu lieu malgré tout, et après le refus de Mme Bréchignac de recevoir une déléguation des personnels, une occupation des locaux a été décidée, avant de se faire déloger manu militari vers 22h30 par les CRS. L’Observatoire en lutte était présent, voici le communiqué des occupants.

25/03: Résultats de la consultation des directeurs d’unité du CNRS:

78% des votants (près de 500) se prononcent donc pour une grève administrative dès le 27 mars et pour une opération « labo mort » les jours d’action nationales pour la recherche et l’enseignement supérieur). Cette proportion est largement suffisante pour lancer ces actions.  En revanche, il nous semble que la proportion de directeurs de laboratoires actuellement décidés à démissionner dans deux mois en cas de blocage persistant est trop faible pour proposer cette action en l’état.

23/03: «L’horizon proche est lourd de menaces»… Cette phrase inquiétante est tirée de la lettre envoyée le 23 mars par Bernadette Madeuf, la présidente de Paris-10 Nanterre au Premier ministre.

19/03: Lettre ouverte d’Enseignant-chercheurs de Nanterre à Valérie Pécresse.

Nous n’avons pas besoin d’amour Madame la Ministre, nous avons besoin de réformes ambitieuses portées par une communauté universitaire respectée et au service de la jeunesse de notre pays.

————————————

18/03:

  • Lettre ouverte de Martine Aubry à l’ensemble des personnels de la communauté:  Dans ce texte, la première secrétaire du PS, après avoir exprimé son soutien aux luttes engagées, propose les grandes lignes d’un plan de réformes de fond pour l’enseignement supérieur et la recherche. En partenariat avec le PC et les Verts, le PS lance un processus de consulation des organisations de notre communauté.
  • Dernière déclaration de la Conférence des Présidents d’Université (CPU) accessible ici

————————————

16/03: Déclaration du CNESER (Conseil National de l’Enseignement Supérieur Et de la Recherche)

Six semaines d’actions continues dans les universités, dans les autres
établissements d’enseignement supérieur, dans les organismes de
recherche, ce malgré de premiers reculs a minima, n’ont en rien entamé
ni la détermination de la communauté scientifique et universitaire ni sa
capacité de mobilisation.

La ministre refusant de mettre l’ordre du jour du CNESER du 16 février
en phase avec l’actualité inédite dans les universités, sept
organisations ont quittées la séance et demandé que soit convoqué dans
les plus brefs délais un CNESER en formation plénière. Le refus obstiné
de convoquer une telle séance, tout comme celui de voir nommer en son
sein des commissions pérennes (formation et recrutement des maîtres,
répartition des moyens, …) illustrent outre le mépris de la Ministre
pour cette instance et les organisations qui y siègent, la fébrilité
d’un gouvernement affaibli.

L’heure n’est plus au « saucissonnage » des dossiers employé jusque là
par le  ministère, mais à de réelles négociations, à des réponses
globales et responsables sur l’ensemble de nos revendications.
Pour ces raisons, nous ne siégerons pas ce jour.

SNESUP-FSU – CGT – UNSA – CFDT – SGEN-CFDT –  – SNPREES-FO

————————————

14/03: 250 directeurs d’unités se sont réunis Samedi 14 mars  pour débattre des problèmes de recherche vus des laboratoires. Vous trouverez ici le communiqué de presse réalisé à la suite de leur réunion.

————————————

13/03:

  • Les sociétés savantes adressent une lettre ouverte au ministre de l’éducation nationale.
  • L’UFR de physique de l’Université Pierre et Marie Curie signe une motion à l’adresse du gouvernement.

————————————

03/03: Devant l’absence d’avancées concrètes et significatives, la 16ème section du CNU prolonge la rétention administrative des résultats de la campagne de qualifications EC 2009.

————————————

02/03: Le C3N fait le bilan de la consultation démocratique des unités de recherche liées au CNRS qu’il a organisée depuis décembre 2008.

671 unités, soit 60% des unités, ont répondu à ce jour. Sur ce nombre, 653 ont affirmé la nécessité de préserver la coexistence au sein du CNRS de toutes les disciplines fondamentales actuellement présentes dans l’organisme, et d’autre part de consulter et  respecter les communautés scientifiques concernées lors d’éventuelles modifications des contours disciplinaires des organismes et des instituts nationaux.

————————————

27/02: Les délégués scientifiques à l’AERES (par ailleurs controversée) communiquent leur opinion sur le système d’évaluation des chercheurs français.

Nous affirmons, en particulier, qu’il est injuste et sans fondement de répandre l’idée que la recherche n’aurait jamais été évaluée en France, voire que les enseignants-chercheurs refuseraient toute évaluation : cela  révèle une profonde méconnaissance du fonctionnement de la communauté scientifique.

————————————

25/02: Le SNPREES-FO ne participera pas à la réunion du 27 février suite à l’invitation de Mme Pécresse.

Nous constatons que vous n’avez pas à ce jour répondu à ces revendications, ce qui aurait permis que s’ouvre une véritable négociation. Nous regrettons donc de ne pas pouvoir participer à la réunion du vendredi 27 février, sauf modification du contexte.

————————————

19/02, Le Monde: “Monsieur, le président, vous ne mesurez peut être pas la défiance…” (par Wendelin Werner, Médaille Fields 2006)

————————————

18/02 : Suite au discours du président de la République du 22 janvier 2009, le CS du PNST, réuni le 5 février, a envoyé la motion ci-dessous à la direction de l’INSU et à la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche:

“Conseil Scientifique du Programme National Soleil Terre (PNST). Le Conseil Scientifique (CS) du PNST réuni le 5 février 2009 s’associe à la forte émotion des personnels de la recherche provoquée par le discours du Président de la République du 22 janvier 2009. En tant que commission d’évaluation nommée par l’INSU, sa fonction principale est d’expertiser des demandes scientifiques. Le CS du PNST fonctionne donc depuis 1997 de la même façon que plusieurs des nouvelles commissions nationales d’évaluation de la recherche (ANR, AERES, …) mises en place depuis quelques années par le gouvernement.

De ce fait, le CS du PNST est profondément indigné des nombreuses contre-vérités relatives à l’évaluation exprimées dans ce discours.

D. Fontaine, Directrice du Programme National Soleil Terre, N. Vilmer, Présidente du Conseil Scientifique, et à l’unanimité des membres du Conseil Scientifique du PNST”

————————————

17/02 : Les directeurs de 33 laboratoires d’astronomie & astrophysique représentant 95% du potentiel national dans la discipline ont signé une lettre en réponse au discours du 22 janvier. Ils y dénoncent les contre-vérités du Président concernant l’évaluation de la recherche, ils insistent sur le rôle éminent de la recherche française en astrophysique et affirment le rôle fondamental du CNRS. Ils revendiquent enfin une réelle concertation concernant les réformes du milieu de la recherche.

————————————

16/02: Toujours pour la communauté de l’astronomie au sein de l’observatoire, le conseil scientifique de l’action GAIA (mission d’envergure de l’agence spatiale européenne) a rédigé une lettre rappelant précisément à Valérie Pécresse la mission d’évaluation du conseil et le rôle de premier plan de la france et du CNRS dans ce projet. Le conseil dénonce la mise en péril du CNRS par la suppression de postes permanents et demande en urgence à la ministre la mise au point d’une nouvelle loi concertée d’organisation de la recherche et de l’enseignement.

————————————

15/02: L’ASHRA (Action Spécifique Haute Résolution Angulaire) envoie une lettre au président de la République à propos de son discours du 22 janvier. Elle y rappelle que la France se situe dans le groupe de tête de la recherche mondiale contrairement à ce qu’affirme N. Sarkozy. Elle insiste sur le fait que la communauté scientifique est prête au changement si celui-ci a lieu dans le bon sens : il n’y a pas d’immobilisme, si la réforme est accompagnée de discussion et d’échanges, ce qui n’est pas le cas. Enfin, elle rappelle que le peu d’attractivité des carrières dans le domaine de la recherche encourage la fuite de cerveaux dont la formation est financée par le contribuable…

————————————

16/02: Le CNESER (Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche: organe qui constitue à la fois un comité consultatif placé auprès du ministre chargé de l’enseignement supérieur, et une juridiction administrative) condamne le mépris des propos tenus récemment par le président de la république et son ministre de l’éducation nationale et demande à la ministre V. Pécresse de prendre la mesure de la situation et d’agir en conséquence en prenant en considération les demandes des organisations représentatives.

Motion disponible ici.

————————————

13/02: Le conseil de la Société Française d’Astronomie et d’Astrophysique (SF2A) soutient pleinement l’initiative de la Société Française de Physique, la Société Chimique de France ainsi que la Société  Mathématique de France, et vous invite à en prendre connaissance.

Comme indiqué dans cette lettre, la recherche française occupe, en moyenne, la cinquième place dans la recherche mondiale en terme de publications. En terme de citation, l’astronomie française occupe elle aussi la cinquième place dans l’astronomie mondiale et, si l’on prend en compte la population des différents pays, la France se retrouve au même niveau que l’Allemagne (Sanchez & Benz 2004). Enfin, la SF2A déplore que dans une année qui voit célébrée l’astronomie au niveau mondial (AMA09) les plus hautes autorités de l’État puissent offrir une telle image de l’astronomie française au mépris de toute rigueur et du respect le pus élémentaire pour toutes celles et ceux qui ont contribué et contribuent au rayonnement culturel et scientifique de la France.

————————————

12/02:

  • IN2P3: 22 des 23 directeurs de laboratoires de l’Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules du CNRS ont lancé un appel, dénonçant la vision erronée du président de la république de la qualité de la recherche française et du mépris affiché à l’égard de ses personnels, en rappelant l’évaluation systématique des projets scientifiques et les participations des organismes et laboratoires français aux grandes réalisations scientifiques actuelles (LHC, Antares, Fermi-Planck…).  Ils ne manquent pas de rappeler également leur attachement particulier au rôle central du CNRS, dont la “transformation […] en simple agence de moyens n’est pas compatible avec ses missions.”.
  • PNPS: Le conseil scientifique du Programme National de Physique Stellaire reagit au discours de Nicolas Sarkozy, notamment à la “prétendue hostilité à toute forme d’évaluation objective”.

————————————

11/02: La Conférence des Présidents d’Universités se prononce (en image ici) pour le rétablissement d’un “climat de confiance” avant la reprise de la négociation, c’est-à-dire le “rétablissement des postes supprimés, l’augmentation pluriannuelle du nombre d’emplois et la refonte du modèle d’allocation des moyens”.

————————————

10/02:

  • La Société Française de Physique, la Société Chimique de France ainsi que la Société  Mathématique de France ont décidé de réagir en commun au discours du 22 janvier du Président de la République par une lettre à Madame Valérie Pécresse.

————————————

09/02: 9 présidents d’Université lancent l’Appel de la Sorbonne.

————————————

09/02: Le C3N (bureau du conseil scientifique du CNRS, les présidents des conseils scientifiques de département et le bureau de la conférence des présidents des sections du comité national du CNRS) réagit au discours réagit au discours de Nicolas Sarkozy du 22 janvier dernier.

Le C3N appelle solennellement la communauté scientifique à un moratoire des expertises à l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et à l’Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES).” (cf lien “Toutes les pétitions”)

“Il se déclare partisan de la tenue d’une conférence plénière du Comité national de la recherche scientifique, et pense que cette conférence devrait donner lieu, sous les formes appropriées, à une convergence de réflexion et d’action avec le Conseil national des Universités.

————————————

05/02: L’académie des sciences s’inquiète du risque de démobilisation des jeunes chercheurs: voir le communiqué.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.